loqueteux


loqueteux

loqueteux, euse [ lɔk(ə)tø, øz ] adj.
• v. 1500; de loque
1Vêtu de loques, de haillons. déguenillé. « une marmaille loqueteuse » (Aragon). Subst. Un loqueteux.
2(1803) En loques, déchiré. Habit loqueteux. « de vieux bouquins loqueteux » (Genevoix).

loqueteux, loqueteuse adjectif Littéraire. Vêtu de loques, misérable. ● loqueteux, loqueteuse (synonymes) adjectif Littéraire. Vêtu de loques, misérable.
Synonymes :
- déguenillé
- dépenaillé (familier)
- haillonneux (littéraire)

loqueteux, euse
adj. (et n.) Qui est en loques. Vieillard loqueteux.

⇒LOQUETEUX, -EUSE, adj.
A. — [En parlant d'une étoffe, d'un vêtement] Qui est en loques. J'ai vu le sort de ces enfants rendu inévitable par l'école : ils attendaient ficelés, prêts à être livrés. Leurs vêtements loqueteux, leur chair creuse et tarée attendaient (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 292). La salle (...) ne montra plus que le loqueteux velours de ses sièges et la poussière talonnée de son sol (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 18) :
1. Les croûtes, il les gardait longtemps avant d'y mettre la dent, parce que quand elles sont dures et quasi moisies on en mange moins. Il les mendiait de porte en porte, couvert de guenilles si loqueteuses qu'on ne savait plus que par tradition que ç'avait été des habits.
POURRAT, Gaspard, 1930, p. 175.
[P. anal. En parlant de papiers, de livres] De vieux bouquins loqueteux d'avoir été souvent feuilletés (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 58).
B. — [P. méton. En parlant d'une pers.] Vêtu de loques. Je vois passer sur des chevaux fourbus des débris de dragons, tout loqueteux et couverts de boue (GONCOURT, Journal, 1870, p. 598). Ces deux malandrins loqueteux qui ululent à la porte (HUYSMANS, Marthe, 1876, p. 48) :
2. Je traverse une petite pièce et je trouve, assises sur le rebord de la fenêtre, ses deux sœurs qui, toutes loqueteuses, avec leurs couettes de cheveux blancs et leur fanchon de madras, ressemblent à des Parques de la Halle.
GONCOURT, Journal, 1871, p. 738.
Emploi subst. Cette escouade de béquillards et de loqueteux qui geignent pitoyablement, le chapeau tendu, quand l'église s'emplit de monde (HUYSMANS, Sœurs Vatard, 1879, p. 22). Quelques effrayants loqueteux qui ont une fleur fanée à la boutonnière (MORAND, Londres, 1933, p. 89).
C. — Au fig.
1. Vieilli. Délabré. J'affectionne particulièrement ce ballet loqueteux, poussiéreux (LEVINSON, Danse, 1924, p. 134).
2. [En parlant d'une pers. ou, p. méton., de son esprit, sa pensée] À bout de souffle, sans caractère. C'est, plutôt qu'une œuvre, l'étalage d'un esprit loqueteux où l'on rencontre un peu de tout : de la pitié, de la méchanceté, du déjà dit et du mauvais goût (RENARD, Journal, 1894, p. 243).
Prononc. et Orth. : [], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1530 [date d'éd.] subst. « individu dont les vêtements sont en loques, misérable » (Contredictz de Songecreux, f° 74 v° ds GDF.). Dér., à l'aide du suff. -eux, de loquette « frange » (1461, JACQUES DU CLERCQ, Mémoires, éd. Reiffenberg, III, p. 165 ds GAY, s.v. loquet), dimin. de loque1 ou dér., à l'aide du suff. -eux, et d'un t d'intercalation, de loque1. Fréq. abs. littér. : 56.

loqueteux, euse [lɔktø, øz] adj.
ÉTYM. V. 1500, au sens 2; de loquette « lambeau d'étoffe », 1461, dimin. de loque.
1 (1873). Littér. En loques, déchiré. || Habit loqueteux. || Des guenilles, des hardes loqueteuses.
1 Au-dessus du bureau, sur un rayon du vaisselier, Raboliot distingua quelques livres, de vieux bouquins loqueteux d'avoir été souvent feuilletés (…)
M. Genevoix, Raboliot, I, III.
2 (Personnes). Vêtu de loques, de haillons. Déguenillé. || Un pauvre hère loqueteux.
2 (…) rues aux maisons toutes pareilles, étroites, à un étage, où roule une marmaille loqueteuse (…)
Aragon, les Beaux Quartiers, I, I.
2.1 Tous là, loqueteux, chacun ployant sous sa crasse à lui, chacun exhalant son odeur forte. Tous là; aucun n'ayant jamais mis les pieds chez un tailleur, aucun n'ayant d'argent (…)
Louis Calaferte, Partage des vivants, p. 35.
N. || Un loqueteux.
3 (…) plantés devant les vitres, deux loqueteux regardent avec émerveillement et envie, à travers les rideaux, les tables fleuries et entourées d'élégants dîneurs.
Georges Lecomte, Ma traversée, p. 66.
Par métaphore. Littér. || « L'étalage d'un esprit loqueteux » (J. Renard, in T. L. F.).

Encyclopédie Universelle. 2012.